anxiété

animation-anxiete

 

Consulter aussi :     dépression     bipolarité

qu’est-ce que
l’anxiété?

« Je suis stressé-e, angoissé-e, anxieux-se ». On l’entend souvent dans notre vie de tous les jours. Et avec raison. Ce ne sont pas les facteurs de stress qui manquent.

Vous avez peut-être déjà manqué une nuit de sommeil avant une présentation à faire en public, eu une perte de mémoire pendant un examen ou senti votre cœur s’accélérer avant de rencontrer une personne pour la toute première fois. 

On est toutes et tous passé-e-s par là. C’est un chemin que l’on connaît bien.

Le problème, c’est que parfois ce sentiment est tellement fort que vous n’arrivez plus à avancer. Le seul panneau que vous voyez sur le bord de la route, c’est « DANGER » écrit en gros avec des lumières qui scintillent. Vous vous sentez paralysé-e. Vous n’avez qu’une envie : rebrousser chemin.

L’anxiété, c’est ça.

C’est une peur excessive, démesurée ou répétée. Pas celle qui vous protège d’un danger réel ou probable. Non. C’est plutôt celle qui vous fait souffrir. Vous tord, vous noue de l’intérieur.

L’anxiété a une emprise sur vous. Vous fait sentir impuissant-e. Vous envahit au point où vous n’arrivez plus à fonctionner dans votre quotidien.  

Mettre un mot sur ça, c’est déjà être sur la bonne voie.

Découvrir l'atelier sur l'anxiété

 


 

quels sont les troubles anxieux
les plus courants?

Comprendre que vous vivez avec un trouble anxieux, c’est la première étape. La deuxième, c’est de savoir avec quel trouble anxieux vous vivez. Peut-être avez-vous déjà reçu un diagnostic, peut-être pas.

on peut retenir principalement 5 troubles anxieux :

anxiété sociale

(parfois appelée phobie sociale)

Généralement, si vous vivez avec l’anxiété sociale, vous ressentez une peur intense et persistante dans une ou plusieurs situations sociales ou de « performance », par exemple, manger en groupe, parler à des inconnu-e-s ou faire un exposé devant un auditoire. Votre anxiété est alors causée par la peur d’être jugé-e, ridiculisé-e ou humilié-e. Bien sûr, tout le monde peut éprouver de la gêne dans certaines situations, mais l'anxiété sociale est beaucoup plus envahissante et intense.


phobie spécifique

Vous avez peut-être ou connaissez quelqu’un qui a une phobie des araignées, des avions, du sang ou des hauteurs? C’est ça la phobie spécifique : une peur intense, irraisonnée et persistante causée par la présence ou par l’anticipation d’un objet ou d’une situation spécifique. Et la réaction anxieuse ne se fait pas attendre. Elle est immédiate et parfois tellement forte qu’elle prend la forme d’une attaque de panique.


anxiété généralisée

Vivre avec l’anxiété généralisée, c’est vivre avec une inquiétude chronique, incontrôlable et disproportionnée par rapport à des choses du quotidien ou des événements mineurs comme le travail ou la performance scolaire. Ça veut aussi souvent dire s’imaginer des scénarios catastrophiques pour le futur qui ont, en réalité, peu de probabilité de se produire.

trouble panique

Une attaque de panique peut se produire n’importe où et à n’importe quel moment. C’est une peur soudaine et très intense où vous avez l’impression qu’une catastrophe va survenir et qui engendre des symptômes physiques (transpiration, palpitations, nausées, etc.) Toutefois, pour qu’on parle de « trouble panique », il faut entre autres que les attaques soient récurrentes et inattendues et qu’elles soient accompagnées d’une crainte persistante, d’une inquiétude d’avoir d’autres attaques de panique ou d’une peur de leurs conséquences, comme la peur de perdre le contrôle.


agoraphobie

C’est une peur ou une anxiété marquée qui se déclenche lorsque vous êtes exposé-e à certaines situations ― ou lorsque vous anticipez de l’être. Il s’agit principalement de lieux où il serait difficile de vous échapper ou de trouver de l’aide en cas de symptômes de panique, par exemple, dans les transports publics, dans des cinémas, dans une foule, dans une file d’attente, sur des ponts ou encore lorsque vous êtes seul-e à l’extérieur de votre domicile. Vous évitez alors le plus possible de vous retrouver dans ces situations.


Le trouble obsessionnel-compulsif (TOC) et le trouble de stress post-traumatique (TSPT) étaient autrefois classifiés dans les troubles anxieux. Une section d'information distincte au sujet de ces troubles sera ajoutée ultérieurement sur notre site web.


plusieurs facteurs peuvent contribuer au risque de développer un trouble anxieux

Ces facteurs peuvent être personnels (génétique, tempérament, personnalité, etc.), liés à votre environnement (conflits dans vos relations, événements stressants, etc.) ou liés à votre histoire de vie (situations difficiles vécues dans l’enfance, etc.). 

 


 

quels sont les signes et symptômes d’un trouble anxieux?

 

 
anxiété sociale

Les signes de l’anxiété sociale prennent souvent la forme de malaises et de sensations désagréables lorsque vous vous retrouvez dans des situations sociales, des situations dans lesquelles vous êtes observé-e ou des situations de performance.

L’anxiété est hors de proportion par rapport à la menace réelle causée par de telles situations. Dans ces moments-là, vous avez peur que vos actions soient jugées ou que vos symptômes soient perçus négativement, par crainte, par exemple, que les autres se sentent offensé-e-s ou vous rejettent.

Il se peut que vous subissiez ces situations ― elles occasionnent alors une anxiété intense ― ou encore que vous cherchiez à éviter ces situations le plus possible, ce qui mène à de l’isolement et à un grand sentiment de solitude. Votre souffrance est parfois telle que vous ne parvenez plus à fonctionner normalement dans votre vie quotidienne, professionnelle ou sociale.

Lorsque vous vivez avec l’anxiété sociale, vous pouvez aussi ressentir certains des symptômes suivants :

  • Palpitations cardiaques
  • Rougissement
  • Tremblements
  • Transpiration
  • Problèmes de digestion
  • Nausée
  • Mutisme
  • Bredouillement (débit rapide ou irrégulier de la parole)
  • Bouche sèche
  • Confusion
  • Attaques de panique
 
phobie spécifique

Vous ressentez une grande souffrance en raison d’une peur spécifique à un objet ou à une situation et cette peur a un impact important sur une ou plusieurs facettes de votre vie? Il se pourrait que vous viviez avec une phobie spécifique.

L’anxiété est hors de proportion par rapport à la menace réelle causée par l’objet de la peur. La peur est si intense qu’il se peut que vous évitiez activement l’objet de la phobie. La phobie spécifique peut causer une souffrance importante et affecter votre fonctionnement au quotidien, par exemple, dans vos relations, au travail ou à l’école.

La phobie spécifique peut s’apprendre par observation — par exemple, des mises en garde répétées des parents sur certains dangers — ou encore des suites d’un traumatisme ou d’une expérience désagréable.

Lorsque vous vivez avec une phobie spécifique, vous pouvez ressentir certains des symptômes suivants en étant confronté-e à l’objet de votre phobie ou parfois même en l’anticipant :

  • Palpitations cardiaques
  • Étourdissements ou vertiges
  • Impression de souffle coupé
  • Nausée
  • Picotements ou engourdissements
  • Frissons ou bouffées de chaleur
  • Peur de mourir ou de perdre le contrôle de soi (peur de devenir « fou » ou « folle »)
  • Transpiration
  • Tremblements
  • Douleur thoracique
  • Sensation d’étranglement
  • Impression d’irréalité ou de détachement de soi
 
anxiété généralisée

L’anxiété généralisée se caractérise par une angoisse importante qui vous envahit depuis plusieurs mois (au moins 6 mois), ressentie de façon excessive et incontrôlable dans plusieurs événements de votre vie, jusqu’à nuire à votre fonctionnement au quotidien ou entraîner une détresse importante.

L’anxiété est hors de proportion par rapport au risque réel que ce que vous anticipez se produise ou par rapport à l’impact que cela aurait.

L’anxiété généralisée peut concerner une variété de circonstances de la vie quotidienne, comme le travail, les finances, la santé, les travaux domestiques ou les soucis vécus par votre famille ou vos enfants.  Il arrive souvent qu’une personne vivant avec l’anxiété généralisée en ressente les effets dans plusieurs de ces circonstances de vie.

Lorsque vous vivez avec une anxiété généralisée, vous ressentez plusieurs des symptômes suivants en plus d’une inquiétude excessive :

  • Agitation
  • Fatigabilité
  • Difficultés de concentration / trous de mémoire
  • Irritabilité
  • Tension musculaire
  • Perturbation du sommeil
 
trouble panique

Si vous avez fait plusieurs attaques de panique inattendues et que la crainte d’en faire a été présente à la suite d’une (ou plus d’une) attaque de panique pendant au moins un mois, il se pourrait que vous viviez avec un trouble panique.

Dans certains cas, une personne vivant avec un trouble panique ne ressent pas une crainte de l’attaque de panique, mais plutôt une peur de ses conséquences  (peur d’avoir une crise cardiaque, peur de perdre le contrôle de soi, etc.). Il arrive aussi que les attaques s’accompagnent d’un changement dans vos comportements, en évitant par exemple des situations pendant lesquelles vous avez vécu une attaque de panique auparavant. Le début et l’aggravation d’un trouble panique peuvent parfois être liés à une rupture ou à la perte d’une relation significative pour vous.

Lorsque vous vivez une attaque de panique, vous ressentez au moins 4 des symptômes suivants en plus d’une peur très intense et soudaine :

  • Palpitations ou rythme cardiaque rapide
  • Transpiration
  • Tremblements ou secousses musculaires
  • Impression d’étouffer ou de manquer d’air
  • Sensation d’étranglement
  • Douleur ou gêne au niveau du thorax
  • Nausées ou dérangements d’estomac
  • Étourdissements, vertiges ou impression de tête vide ou d’être en train de vous évanouir
  • Frissons ou bouffées de chaleur
  • Picotements ou engourdissements
  • Impression d’irréalité ou sensation d’être détaché-e de soi
  • Peur de mourir ou de perdre le contrôle de soi (peur de devenir « fou » ou « folle »)
  • Peur de mourir
 
agoraphobie

Pendant plusieurs mois (au moins 6 mois), vous avez peur ou vivez avec une anxiété importante dans deux ou plus des situations ou endroits suivants (ou lorsque vous anticipez d’y être) : transports en commun, endroits ouverts, endroits fermés, file d’attente, foule, ou encore seul-e à l’extérieur de votre domicile.

Il se pourrait que vous viviez avec de l’agoraphobie, notamment si vous craignez ou évitez de telles situations par peur de ne pas pouvoir vous en sortir ou trouver du secours si vous ressentez des symptômes de panique ou incapacitants.

Dans le cas de l’agoraphobie, l’anxiété est intense et hors de proportion par rapport au danger réel. Cette anxiété vous cause de la détresse ou affecte négativement votre fonctionnement au quotidien. Il se peut que vous évitiez la situation crainte ou encore que vous la subissiez (mais avec une anxiété intense), parfois en demandant à quelqu’un de vous accompagner.

L’agoraphobie s’accompagne dans certains cas d’un diagnostic de trouble panique.

 

comment vivre avec l’anxiété?

Vivre avec l’anxiété et avoir une bonne qualité de vie, c’est possible. Une des façons d’y parvenir consiste à avoir les bons outils pour vous guider dans vos choix de comportements au quotidien. Reprenez du pouvoir sur votre santé mentale avec l’autogestion.

Découvrir l’autogestion

comment aider
un-e proche qui vit avec l’anxiété?

Ce n’est pas toujours facile de savoir comment s’y prendre. Mais il existe quelques stratégies pour aider un-e proche à reprendre en main sa santé mentale, sans compromettre la vôtre.

En savoir plus

comment Relief peut-il vous aider
à vivre avec l’anxiété?

On offre un atelier d’autogestion pour vous aider à vivre avec l’anxiété. Au programme : des stratégies, des outils et des exercices pour adopter des comportements qui contribuent à diminuer vos symptômes, à repérer les signes avant-coureurs et à prévenir les rechutes.

Explorer les ateliers